PATHOGÉNÈSE & TABLEAU CLINIQUE

L’angio-œdème héréditaire (AOH) est un syndrome causé par un déficit quantitatif ou fonctionnel en inhibiteur de la C1 (C1-INH). Dans de rares cas, ce déficit est acquis (angio-œdème acquis, AOA). Le déficit en C1-INH entraîne une augmentation de la perméabilité vasculaire résultant de l’activation des kinines, qui se manifeste par des crises dont les symptômes cliniques sont les suivants :

1) Angio-œdème cutané (fréquent) :

Gonflement de la peau et du tissu sous-cutané persistant pendant plusieurs jours, touchant le plus souvent les extrémités, le visage et les organes génitaux.

2) Atteintes abdominales (fréquentes) :

Les atteintes de l’estomac et de l’intestin se manifestent par des douleurs ressemblant à des coliques et des nausées  persistant pendant plusieurs jours, et qui sont souvent accompagnées de vomissements, de diarrhées et de troubles circulatoires. L’imagerie met souvent en évidence une ascite et / ou un gonflement de l’intestin.

3) Œdème laryngé :

Le gonflement de la muqueuse du larynx peut entraîner rapidement une obturation complète des voies respiratoires dont l’issue est fatale. Ses signes précoces sont une dysphagie, une dysphonie et un stridor. L’œdème peut aussi toucher l’uvule et la langue, et provoquer une dyspnée.

4) Autres localisations :

Il est rare que les œdèmes touchent d’autres organes (cerveau, muscles, vessie, etc.). Les symptômes dépendent de l’importance de l’œdème et de son emplacement.

TRAITEMENT :

Les angio-œdèmes au niveau de la tête et de la gorge ou d’autres organes internes constituent une urgence médicale et doivent être pris en charge immédiatement. Dans le cas d’œdèmes laryngés, une prise en charge par les soins intensifs est indiquée et une intubation, ou même une coniotomie le cas échéant sont indiquées. Les angio-œdèmes cutanés doivent être traités lorsqu’ils sont douloureux, constituent une gêne fonctionnelle ou évoluent. Les produits suivants conviennent pour le traitement de l’angio-œdème aigu causé par un déficit en C1-INH :

1) Concentré de C1-INH (Berinert P) :

Posologie : adultes et enfants : 20 unités par kilo de poids corporel.
Mode d'emploi : dissoudre avec précaution 500 unités dans 10 ml du solvant joint au produit et injecter lentement par voie intraveineuse

Consignes de préparation de Berinert P

La préparation Berinert P comprend deux composants : un flacon de concentré protéinique (500 U d’inhibiteur de la C1, humaine) et un flacon de solvant (10 ml d’eau pour l’injection). De plus, tous les produits médicaux nécessaires à la préparation de la solution injectable et pour l’administration par voie intraveineuse de Berinert P sont joints au paquet. La température de conservation de la préparation ne doit pas dépasser 25°C.
Si la préparation doit être entreposée au réfrigérateur, les deux composants doivent être amenés à température ambiante avant la préparation. La solution injectable se prépare à l’aide du kit de transfert avec filtre sans aiguille Mix2VialTM joint au paquet (respecter le mode d’emploi). Le composant protéiné se dissout rapidement après le transfert du solvant dans le flacon du produit. Ne pas secouer le flacon de produit pour éviter la formation de mousse ! La solution protéinique doit être claire, incolore à légèrement opalescente et ne pas contenir de particules visibles. Éliminer les déchets selon les règlesaprès usage.

 

ou

2) Concentré de C1-INH (Cinryse)

Posologie : Adultes et adolescents : 1000 unités.
Utilisation : Dissoudre avec précaution 500 unités à la fois dans 5 ml du solvant joint et injecter lentement par voie intraveineuse.

Remarques concernant la préparation de Cinryse

La préparation Cinryse comprend deux composants : un flacon de concentré protéinique (500 U d‘inhibiteur C1 humain) et un flacon de solvant (5 ml d’eau pour injections). Tous les dispositifs médicaux nécessaires pour la préparation de la solution pour injection et l’administration intraveineuse de Cinryse sont également joints dans l’emballage. La température de conservation de la préparation ne peut pas dépasser 8°C.
Les deux composants doivent être amenés à température ambiante avant la préparation. La préparation de la solution pour injection a lieu en utilisant le kit de transfert joint (respecter le mode d’emploi). Le composant protéiné se dissout rapidement après le transfert du solvant dans le flacon du produit. Ne pas secouer le flacon du produit, afin d’éviter la formation de mousse ! La solution protéinée doit être claire, incolore à légèrement opalescente et ne pas contenir de particules visibles. Éliminer les déchets selon les règles après l’utilisation.

 

ou

3) Concentré C1-INH (Ruconest)

Posologie : Adultes : 50 unités par Kg de poids corporel, jusqu’à une dose maximale de 4 200 unités.
Utilisation : Dissoudre avec précaution 2 100 unités à la fois dans 14 ml d’eau pour injectionset injecter lentement par voie intraveineuse.

Remarques concernant la préparation et l’utilisation de Ruconest

La préparation Ruconest comprend un flacon de concentré protéinique (2 100 U d’inhibiteur C1 recombinant de lait de lapin). Une sensibilisation au lapin (IgE spécifique de lapin) doit être exclue avant l’utilisation. La température de conservation de la préparation ne peut pas dépasser 25°C.
La solution pour injection est préparée à l’aide de 14 ml d’eau pour injections par flacon, selon le mode d’emploi.  Le composant protéiné se dissout rapidement après le transfert du solvant dans le flacon du produit. Ne pas secouer le flacon, afin d’éviter la formation de mousse ! La solution protéinée doit être claire, incolore à légèrement opalescente et ne peut pas contenir de particules visibles. La quantité à administrer compte tenu du poids corporel se calcule selon la formule suivante :

Quantitéà administrer en ml = (Poids corporel en kg) / 3

La solution terminée est lentement administrée par voie intraveineuse. Éliminer les déchets selon les règles après l’utilisation.


ou

4) Icatibant (Firazyr)

Poslogie: Adulte : seringue prête à l’emploi de 30 mg d’icatibant dans 3 ml de solution
Mode d'emploi : injection sous-cutanée lente et profonde.



Les antihistaminiques, les corticostéroïdes, le danazol ou l’acide tranexamique ne sont pas efficaces ou pas assez efficaces contre les crises aiguës .

SURVEILLANCE :

L’effet du concentré de C1-INH ou de l’icatibant intervient après 20 à 40 minutes. En cas d’obturation ou de menace d’obturation des voies respiratoires, hospitalisation et surveillance (intense) jusqu’à rémission complète. En cas d’atteintes abdominales ou d‘œdèmes cutanés, surveillance jusqu’à amélioration sensible des signes cliniques. Un traitement consécutif peut être nécessaire.